ACCUEIL   NEWS   LIVRES   VIDEOS   LIENS   CONTACT  



          Lisez le chapitre 1 de la novella 3 : L'affliction
  
Lisez le chapitre 1 de la novella 3 : L'affliction
[0 Commentaire]

Date : 29/03/2014






La novella 3 de L'Héritier de l'Eau, intitulée "L'affliction", est sortie hier sur Amazon.

Avant d'entamer sa lecture, nous vous conseillons de lire tout d'abord le tome 1 : La transformation, le tome 2 : La trahison, le tome 3 : La révélation, la novella 1 : L'illusion et la novella 2 : L'implantation.

Les 4 premiers chapitres (et uniquement ceux-là) de la novella 3 seront dévoilés sur ce site durant les mois de Mars et Avril.

L'HERITIER DE L'EAU
Novella 3 : L'affliction

Contacter l'auteur Auguste de Madec
Synopsis
Chapitre 1

Télécharger les premiers chapitres au format Pdf

Acheter le livre sur Amazon

Chapitre 1


*** MARIE ***


Versailles (Empire d'Eurasie)
Mardi, 26 Mai 2141

        L’Empire m’a sauvée ! Aujourd’hui, c’est le premier jour de ma nouvelle vie. Petite brune sans réelle qualité, j’ai dû me contenter de bien peu jusqu’ici. J’ai navigué de familles d’accueil en familles d’accueil depuis mon plus jeune âge. Aucune ne m’a rendue heureuse. Je n’étais pourtant pas difficile. Je voulais juste un peu d’amour. Ou au moins un peu de tendresse.
        Mon dix huitième anniversaire tardait tant à venir que j’ai cru ne jamais voir le bout du tunnel. Aujourd’hui, je peux enfin laisser derrière moi mes derniers parents adoptifs. La seule chose qui les intéressait était de toucher la pension. Ils ne se sont jamais inquiétés de mes études scolaires. Mes notes étaient catastrophiques. Ils étaient convoqués sans arrêt par mon lycée pour en discuter. Ils n’y sont jamais allés. A quoi bon quand il ne s’agit pas de votre fille de sang ?
        Je ne peux donc pas compter sur la réussite scolaire pour me lancer vers un avenir plus radieux. Au lieu de ça, j’ai décidé de rejoindre le château de Versailles pour travailler au service de la Duchesse. C’est un travail qui requiert peu de qualifications et en m’en donnant la peine, je devrais parvenir à satisfaire sa Grâce.
        C’est une idée que j’avais dans un coin de ma tête depuis un peu plus d’un an. Depuis que je sais que l’école ne me mènera à rien. Depuis que l’Empire d’Eurasie a pris la place des Etats-Unis d’Europe. J’étais nulle en classe mais je connais les prédicats nobiliaires. Ca me sera plus utile que toute autre chose dans ma future activité.
        Vu le poste auquel je postulais, je n’ai eu aucun mal à le décrocher. La gouvernante générale a accepté ma candidature sans sourciller. Le retour de l’aristocratie est encore récent et donc prendre une personne comme moi qui sort d’une école – même sans diplôme - pour occuper le poste de femme de chambre n’est pas une décision délicate. J’aurai même le grand honneur d’être une des femmes de chambre de la Duchesse de Versailles.
        Avant le jour J, j’ai essayé de m’informer autant que possible sur le château de Versailles et le mode de vie du personnel de maison. C’est encore très nouveau et même sur Internet, on ne trouve pas grand chose. J’ai pu admirer les photographies prises de la Duchesse. Elle a une classe incroyable. Une classe digne de son rang. Ce sera un privilège de travailler pour elle.
        La Duchesse est arrivée à Versailles peu après l’avènement de l’Empire. Le conservateur du château l’avait accueillie avec bienveillance d’après les vidéos que j’ai pu voir. Le contraire aurait été malvenu. Les Versaillais et les Versaillaises l’ont rapidement adoptée, fiers d’être représentés par une femme aussi belle. Il faut dire qu’il restait des nostalgiques des Rois et Empereurs qui se sont succédés des siècles plus tôt. Plus personne ne croyait que le château de Versailles renouerait avec ses activités passées. Et pourtant...
        Quand je me présente devant les grilles du château, je constate que beaucoup de choses ont changé depuis ma dernière visite qui remonte à deux ans. J’étais une touriste à cette époque.
        « Bonjour, Marie. Avez-vous fait bon voyage ? »
        Madame Castlenau, la gouvernante générale qui m’a recrutée, est là pour me donner accès à l’intérieur de la cour d’honneur. Ce n’est pas elle qui m’ouvre la grille évidemment. Deux hommes armés et en uniforme s’y emploient.
        « Bonjour, Madame. J’ai fait bon voyage. Je vous remercie, Madame. »
        Elle me tend la main que je serre. Je ne précise pas que j’habitais déjà à Versailles. J’imagine que c’était là pour elle une forme de politesse. La réponse ne l’intéresse pas. Elle m’indique de monter dans un véhicule que je ne connais pas. Je m’exécute sans savoir dans quoi je m’engage. On dirait une automobile simplifiée. Aucun toit, aucune portière, quatre roues... un moteur, je suppose...
        « Marie, je vous rassure. Vous n’aurez pas à monter dans cet engin trop souvent. »
        Son sourire est doux. Son visage est chaleureux. Il m’inspire confiance. Je l’aime déjà. Je suis impressionnée par son habileté à conduire le véhicule. J’espère ne jamais devoir le faire. Peut-être qu’avec quelques leçons...
        Arrivées à la hauteur de la grille royale, nous prenons un virage sur la gauche pour rejoindre finalement le grand commun.
        « C’est ici que vous logerez, Marie. Vous et les centaines d’autres domestiques. Les conditions de vie ne sont pas aussi précaires que pour nos aînés, Dieu soit loué. Nous disposons de tout le confort moderne. Vous ne tarderez pas à découvrir que malgré ses allures d’ancien régime, le château de Versailles n’en est pas moins avancé. Depuis la venue de la Duchesse, il s’est dôté de toute la technologie commune aux bâtiments Impériaux. Nous ne sommes pas isolés du reste du monde, croyez-moi. »
        J’avoue que ça me rassure en effet. J’avais peur de me retrouver dans une ambiance austère. Un peu comme si j’intégrais les ordres. Ce n’est pas mon objectif. Je veux au contraire m’ouvrir au monde. Au monde de la puissance Impériale. Quoi de mieux que Versailles pour ça ?
        Devant l’édifice, je descends du véhicule et suis la gouvernante à l’intérieur. Je n’ai pas droit à une visite des lieux. A la place, nous traversons un pan du bâtiment de part en part si bien que nous nous retrouvons de nouveau dehors.
        Je connais cette cour. Ou tout du moins je la connaissais. Elle abritait autrefois les vestiges du jeu de paume de Louis XIII. Aujourd’hui, on y trouve un parc arboré de toute beauté. L’archéologie a été sacrifiée sur l’autel de la luxuriance.
        « Marie, regardez un peu la vue que vous aurez depuis votre appartement ! »
        Elle tend les bras pour mieux me montrer l’extravagance du site. Je voudrais tenir ma langue mais ça m’est trop dur à ce stade.
        « Madame Castlenau, puis-je vous poser une question ? »
        « Bien sûr, Marie. »
        « J’espère que vous ne me trouverez pas impolie. Ce n’est pas mon intention. »
        « Allez-y, Marie. Parlez sans crainte. »
        Par manque de courage, je baisse la tête pour admirer le sol. Je ne suis jamais hardie dans ce genre de circonstances. J’ai besoin de réponses mais je peine à poser les questions.
        « Eh bien, pourquoi déployer autant de moyens pour contenter les domestiques du château ? »
        Moment de silence pesant. J’ose lever les yeux pour tenter de déchiffrer la réaction de la gouvernante générale. L’expression de son visage est toujours pleine de bonté.
        « Nous ne sommes plus à l’époque des grands Rois et Empereurs français, Marie. Les temps ont radicalement changé. Le retour de la noblesse ne signifie pas la répétition des erreurs passées. Nul besoin de rabaisser les classes de travailleurs. Le travail difficile doit être récompensé à sa juste valeur. Personne n’accepterait de faire la sale besogne comme des siècles plus tôt. L’Empereur Auguste devrait faire face à une révolution si c’était le cas. »
        C’est comme si j’étais assis dans une salle de classe et que Madame Castlenau énonçait son cours. Je prendrais volontiers des notes... Ce n’est pas le lieu, ni le moment. Et tout ce qu’elle me dit me ravit. Ca confirme que j’ai pris la bonne décision en venant.
        « Je suis heureuse. »
        C’est sorti trop vite. Je n’ai pas pu retenir ses trois mots. Je rougis de honte aussitôt qu’ils sont prononcés. Qu’est-ce que je peux être sotte !
        Le visage de la gouvernante générale se durcit alors. Mon optimisme spontané lui a déplu.
        « Attention, Marie. N’allez pas croire que vous êtes arrivée au paradis. Les horaires sont difficiles. Le travail ne l’est pas moins. Vous devrez mettre votre vie personnelle de côté. Et surtout, vous risquez de perdre votre job à tout moment. C’est une épée de Damoclès que vous percevez au-dessus de votre tête. Si vous faites votre devoir avec application, vous serez effectivement heureuse au château. Mais n’oubliez pas que vous n’avez pas droit à l’erreur. Sa Grâce est tolérante. Sa tolérance a toutefois des limites. »
        Je n’avais pas remarqué que mes chaussures étaient si sales avant de quitter la maison ce matin. Je le remarque maintenant parce que je ne peux pas décoller mon regard de mes souliers. L’embarras me dévore. Je dois dissimuler mes émotions ici. C’est évident. Même auprès de Madame Castlenau. Surtout auprès d’elle. Elle est à la tête d’une centaine de domestiques, je suppose.
        « Veuillez pardonner mon élan d’enthousiasme. Tout ceci est encore très nouveau pour moi. »
        « Vous êtes sûre que vous êtes prête pour affronter cet univers, Marie ? »
        Cette fois, j’affronte son regard. Je dois lui prouver qu’elle n’a pas eu tort de placer sa confiance en moi. Confiance qui est en train de s’effriter petit à petit. Pas question que je laisse faire. C’est la chance de ma vie.
        « Oui, Madame Castlenau. Je suis prête. Je pense qu’après une bonne nuit de sommeil, tout ira mieux. »
        « Je crains que vous n’ayez pas ce luxe, Marie. Cécile, une de nos autres femmes de chambre, vous rejoindra dans votre appartement dans cinq minutes pour vous préparer sur tous les aspects protocolaires. Vous avez une heure devant vous avant de rencontrer sa Grâce la Duchesse de Versailles. »

A SUIVRE...

Vous pouvez suivre L'héritier de l'eau sur Facebook.

Les romans d'Auguste de Madec sur Amazon
L'Héritier de l'Eau - Tome 1 : La Transformation
L'Héritier de l'Eau - Tome 2 : La Trahison
L'Héritier de l'Eau - Tome 3 : La Révélation
L'Héritier de l'Eau - Novella 1 : L'Illusion
L'Héritier de l'Eau - Novella 2 : L'Implantation
L'Héritier de l'Eau - Novella 3 : L'Affliction
L'Héritier de l'Eau - Cycle 1 : La Transformation, La Trahison, La Révélation, L'Illusion





VOS COMMENTAIRES



LAISSER UN COMMENTAIRE

Pseudo :



Commentaire :



Question : Combien font quatre plus sept ? (Ecrire la réponse en chiffres)


          A voir
  

          Sponsors


© Copyright 2012-2013 - BuzzYA - Tous droits réservés - Contact

Google
BuzzYA

Séries Paradise    J3M.fr    Annuaire Télévision - Séries

Annuaire

megadosSection Cinéma

Annuaire TV

Referencement et Optimisation de sites Internet !    Eclipsis - Agence Web / Référencement / Annuaire