ACCUEIL   NEWS   LIVRES   VIDEOS   LIENS   CONTACT  



          Rencontres du 3ème Type 2, la fanfiction d'Auguste de Madec : Chapitre 1
  
Rencontres du 3ème Type 2, la fanfiction d'Auguste de Madec : Chapitre 1
[0 Commentaire]

Date : 05/07/2014






"Rencontres du Troisième Type 2 : 20 ans après" est une fanfiction écrite par Auguste de Madec (L'Héritier de l'Eau, Les Pousseurs, Mars One : Mon aventure) qui fait suite au célèbre film de Steven Spielberg. Le personnage principal de cette fanfiction est Toby Neary (incarné par Justin Dreyfuss dans le film), fils de Roy Neary (incarné par Richard Dreyfuss dans le film).

Nous vous proposons de découvrir dès maintenant le 1er chapitre du roman sur le site officiel de l'auteur.

Télécharger les premiers chapitres au format Pdf

Page Facebook officielle : http://www.facebook.com/augustedemadec.livres

Les romans d'Auguste de Madec sur Amazon
Les Pousseurs
Les Pousseurs - Episode 1 : Henry Ward
Les Pousseurs - Episode 2 - L'arrestation
L'Héritier de l'Eau
L'Héritier de l'Eau - Tome 1 : La Transformation
L'Héritier de l'Eau - Tome 2 : La Trahison
L'Héritier de l'Eau - Tome 3 : La Révélation
L'Héritier de l'Eau - Tome 4 : L'Invasion
L'Héritier de l'Eau - Novella 1 : L'Illusion
L'Héritier de l'Eau - Novella 2 : L'Implantation
L'Héritier de l'Eau - Novella 3 : L'Affliction
L'Héritier de l'Eau - Cycle 1 : La Transformation, La Trahison, La Révélation, L'Illusion

Les romans et fanfictions d'Auguste de Madec sur le site officiel
Mars One : Mon aventure
Rencontres du Troisième Type 2 : 20 ans après

Chapitre 1


*** TOBY ***


New York City
Samedi, 12 Juillet 1997

        Je m’appelle Toby Neary. Si vous êtes originaire de l’Indiana et que ce nom vous dit quelque chose alors je suis mal parti. J’ai presque 27 ans maintenant mais mon passé familial continue de me hanter. Et si mon nom de famille vous intrigue, c’est qu’on vous a raconté des bribes de mon passé. Ou même que vous en avez été témoin direct.
       J’avais 7 ans à l’époque et pourtant, je m’en souviens comme si c’était hier. Le jour où ma mère nous a conduits de force chez sa sœur. Le jour où j’ai vu mon père pour la dernière fois. Ma petite sœur pleurait, mon frère Brad était furieux et ma mère était dans tous ses états. Que dire de mon père ?
       A l’époque, j’ignorais ce qu’il trafiquait mais je voulais l’aider. Il déracinait des plantes pour les jeter dans la cuisine ? Alors je déracinais des plantes pour les jeter dans la cuisine. Et je voulais bien faire. A chacun de mes gestes, j’attendais l’approbation de mon père. Mais c’était comme si j’étais invisible. Dans sa robe de chambre salie par la terre, il allait et venait sans prendre conscience de son entourage. Parfois, il échangeait quelques paroles avec ma mère mais ça ne faisait qu’empirer les choses.
       Tout a commencé une nuit où mon père nous a tirés du lit pour aller voir je ne sais trop quoi dans le ciel. Ca a été le début de la fin pour notre famille. Après, il y a eu crise de nerfs sur crise de nerfs. Brad a été traumatisé par ce passage de notre vie. Il a réalisé très vite que c’était grave. Que nous êtions en train de perdre notre père. Et c’était quoi cette affaire avec la purée ?
       Ma mère avait beau être très remontée contre mon père, elle ne l’aimait pas moins pour autant. Donc après avoir passé quelques jours chez sa sœur, nous sommes revenus à la maison. Et là, le cauchemar a recommencé. Le premier choc est venu quand nous avons découvert une montagne de terre en plein milieu du salon. Je revois encore le visage de ma mère se crisper face à cette vision. Je revois aussi Brad se jeter sur cette montagne pour déchaîner sa rage en la frappant de toutes ses forces. Ma petite sœur quant à elle s’est mise à rire. Elle ne comprenait pas tout à ce moment là. Moi non plus pour être tout à fait franc.
       Le choc fatal est venu dans la soirée. Des militaires ont débarqué sur notre perron. Je n’ai pas entendu ce qu’ils ont annoncé à ma mère. C’était inutile. Ma mère s’est effondrée en larmes. J’ai tout de suite compris que c’était lié à mon père et que je ne le reverrai sans doute jamais. Je n’ai su la vérité que quelques jours plus tard. Pas de la bouche de ma mère. Elle était totalement prostrée et incapable de nous apporter le moindre réconfort. Sa sœur est venue pour apporter son aide. Tante Liliane nous a été d’un grand secours durant cette période difficile. Elle a remplacé temporairement notre mère en quelque sorte.
       Ma tante m’a raconté ce qui était arrivé dans le Wyoming à proximité de Devils Tower. Il y avait eu un accident de train qui avait conduit à la libération d’un gaz toxique mortel. Mon père s’était rendu sur la zone et il en était mort. Evidemment, quand j’ai découvert des images de Devils Tower, j’ai tout de suite fait le lien avec la montagne de glaise du salon. Cette obsession lui avait donc été fatale.
       Après les funérailles avec un cercueil vide – l’armée n’a jamais voulu nous délivrer le corps de mon père – nous avons déménagé. Il était hors de question pour ma mère que nous restions dans notre maison chargée de si mauvais souvenirs.
       Mon père avait causé tellement de dégâts à l’intérieur qu’on a eu un mal fou à la vendre. Mais on ne le blâmait plus. On le pleurait. C’était déjà beaucoup.
       Ma mère a décidé qu’on s’installerait dans une grande ville : New York City. Une ville où elle aurait plus d’opportunités pour trouver un job et subvenir aux besoins de notre petite famille. A vrai dire, on a plutôt bien vécu d’ailleurs. Quand j’ai atteint l’adolescence, je me suis interrogé sur notre niveau de vie. Comment ma mère qui n’avait qu’un emploi de serveuse pouvait-elle s’offrir un appartement de quatre pièces en plein Manhattan ? Je l’ai harcelée pendant des mois là-dessus. Un jour qu’elle en a eu assez, elle m’a confié que l’armée Américaine lui versait une pension. Je me suis calmé aussitôt puisque j’ai compris que c’était lié à la mort tragique de mon père. Je n’ai plus abordé le sujet après ça.
       La relation entre Brad et moi s’est compliquée après la mort de notre père. Il l’a très mal vécu. Et je ne sais pas pourquoi mais dans sa tête, j’étais en partie responsable. En fait, il ne supportait pas mon inconscience de l’époque. Je n’étais pas inconscient. J’étais juste un enfant.
       Enfin bref, vingt ans plus tard, je poursuis ma reconstruction. Je vis toujours à Manhattan dans un appartement que je paye avec mes deniers durement gagnés à la Bourse. Je rends visite régulièrement à ma mère qui vit désormais seule. Ma petite sœur est partie en Californie pour tenter une carrière d’actrice et Brad est devenu informaticien. Il bosse au Texas. C’est comme si chacun de nous avions voulu nous éloigner le plus possible les uns des autres.
       Je ne m’en suis pas trop mal sorti en fin de compte. J’aurais pu mal tourner sans présence parternelle. Mais non, je suis toujours en vie et je pense avoir la tête sur les épaules. J’espère que ça va durer et que la maladie dont semblait souffrir mon père ne me rattrapera pas un jour prochain.
       Est-ce qu’un jour, il y aura un déclic qui me conduira vers ma propre déchéance ? Un évènement qui me poussera dans une situation dangereuse voire mortelle ? Et en ce moment, mon passé me rattrape parce qu’il y a une série qui cartonne à la télévision : X-Files. Tous mes collègues en parlent et en raffolent. Je suis devenu accroc comme tout le monde mais quand je regarde certains épisodes, j’ai des flashbacks sur le changement de comportement de mon père. Il y croyait dur comme fer à ces extra-terrestres.
       A bien des égards, je vois des ressemblances entre lui et le personnage de Mulder dans X-Files. Il était prêt à tout pour trouver des réponses à ses questions. Mon père aurait adoré cette série. Peut-être que ça l’aurait calmé un peu dans ses ardeurs si elle avait existé il y a vingt ans. Peut-être qu’il serait encore en vie.
       Mon appartement de deux pièces dispose d’une vue qui donne sur Central Park. Je suis très chanceux. Il n’y a plus qu’une chose qui manque pour parfaire mon bonheur. Une femme à mon bras. J’ai eu mon lot de conquêtes. Seulement, aucune de mes petites amies n’est restée à mes côtés plus de six mois. Et c’est entièrement de ma faute. Dès que l’une d’elles commence à trop s’accrocher et à faire des plans sur la comète, je m’arrange pour tout gâcher.
       Si j’allais voir un psy, il me dirait sûrement que c’est la peur de l’abandon qui me conduit à agir de la sorte. Dieu soit loué, je ne consulte pas les psys. Je me raviserai peut-être un jour. Mais pas avant d’être pris d’une irrésistible envie de sculpter ma purée.
       La nuit est tombée sur Manhattan et je peux voir au loin les lumières des gratte-ciels. J’ai vécu pendant ma petite enfance dans une ville très faiblement peuplée. Depuis notre arrivée dans la Grande Pomme, j’ai développé l’âme d’un citadin. J’adore me balader dans les rues de New York. J’aime le déchaînement d’énergie qui anime la ville.
       Et il reste suffisamment d’espaces verts pour me permettre de faire des footings sans me polluer les poumons. Depuis le douzième étage de mon immeuble, je contemple le ciel étoilé. Enfin, je l’imagine étoilé. Difficile de distinguer les étoiles dans cet environnement.
       Comme à chaque fois que je lève la tête, je suis pris d’un pincement au cœur. Parce que depuis cette nuit où mon père nous a tirés du lit pour admirer le ciel, c’est son visage qui me vient en tête.
       Mes pensées sont interrompues par la sonnerie de mon interphone. Etrange parce que je n’attends pas de visite ce soir. D’autant plus qu’il est déjà tard. Je décroche le combiné. C’est peut-être une erreur.
       « Toby Neary ! »
       Je me présente pour m’assurer que mon interlocuteur ne s’est pas trompé de bouton.
       « Monsieur Neary, c’est Barry Guiler. Je ne sais pas si votre père vous a parlé de moi. »
       Qu’est-ce que c’est que ces salades ?
       « Barry Guiler ? Non, ça ne me dit rien, désolé. Qu’est-ce que vous voulez ? »
       « Est-ce que je peux monter, Monsieur Neary ? J’ai fait beaucoup de route pour vous retrouver. »
       D’après sa voix, je dirais qu’il doit avoir à peu près mon âge. Il emploie un ton moyennement assuré.
       « Je n’ouvre pas ma porte à des étrangers, désolé. »
       « Monsieur Neary, c’est important. Ca concerne votre père, Roy. »
       « Que voulez-vous dire ? »
       Mon cœur s’emballe.
       « J’ai des informations sur votre père et j’aimerais vous les délivrer en personne. Croyez-moi, vous voudrez les entendre. »
       Est-ce que c’est une mauvaise blague ?
       « Comment connaissez-vous mon père ? »
       « Quand j’avais cinq ans, il a failli me renverser sur la route. Après ça, ma mère et votre père sont devenus amis. Est-ce que je peux monter, s’il vous plaît ? »
       « Et vous avez quel âge aujourd’hui ? »
       « 25 ans. »
       Donc il fait référence à un accident qui date de vingt ans, c’est-à-dire l’année où mon père a déraillé. Pourquoi est-ce qu’il ne nous a jamais parlé de cet accident évité de peu ? Est-ce que ma mère savait ? Ou est-ce que ce Barry Guiler est tout simplement un menteur ?
       « Je suis navré, Barry mais je ne vais pas pouvoir vous ouvrir. Bonne soirée à vous. »
       « Attendez, Monsieur Neary. Vous ne comprenez pas. Votre père n’est pas mort. Et j’ai des photos qui le prouvent. »

A SUIVRE...

Page Facebook officielle : http://www.facebook.com/augustedemadec.livres

Les romans d'Auguste de Madec sur Amazon
Les Pousseurs
Les Pousseurs - Episode 1 : Henry Ward
Les Pousseurs - Episode 2 - L'arrestation
L'Héritier de l'Eau
L'Héritier de l'Eau - Tome 1 : La Transformation
L'Héritier de l'Eau - Tome 2 : La Trahison
L'Héritier de l'Eau - Tome 3 : La Révélation
L'Héritier de l'Eau - Tome 4 : L'Invasion
L'Héritier de l'Eau - Novella 1 : L'Illusion
L'Héritier de l'Eau - Novella 2 : L'Implantation
L'Héritier de l'Eau - Novella 3 : L'Affliction
L'Héritier de l'Eau - Cycle 1 : La Transformation, La Trahison, La Révélation, L'Illusion

Les romans et fanfictions d'Auguste de Madec sur le site officiel
Mars One : Mon aventure
Rencontres du Troisième Type 2 : 20 ans après





VOS COMMENTAIRES



LAISSER UN COMMENTAIRE

Pseudo :



Commentaire :



Question : Combien font quatre plus sept ? (Ecrire la réponse en chiffres)


          A voir
  

          Sponsors


© Copyright 2012-2013 - BuzzYA - Tous droits réservés - Contact

Google
BuzzYA

Séries Paradise    J3M.fr    Annuaire Télévision - Séries

Annuaire

megadosSection Cinéma

Annuaire TV

Referencement et Optimisation de sites Internet !    Eclipsis - Agence Web / Référencement / Annuaire